Vendredi : j’approfondis ! La messe. 3/ L’envoi

La messe se prolonge dans l’envoi en mission

La messe se termine par l’envoi en mission. Ce dernier temps de la messe s’appelle « l’envoi ». Il est très bref mais essentiel car la formule latine « ite missa est » a donné son nom à la messe. Le mot missa désigne un envoi, une mission. Depuis Vatican II, la célébration de la messe s’achève par ce court dialogue : « Allez dans la paix du Christ. – Nous rendons grâce à Dieu ». La fin de la messe, c’est un remerciement, une « eucharistie », une action de grâce pour la paix reçue, comme un élan pour vivre et partager cette paix à notre tour.

Le Seigneur nous envoie. Nos vies doivent devenir des signes visibles de l’amour de Dieu pour les hommes. En participant à la messe, nous comprenons que notre vie est faite pour être offerte, pour faire la volonté de Dieu. Nous acceptons donc de nous mettre au service de Dieu, de son œuvre de salut.

Illustration d’Elvine / Famille Chrétienne

Pendant la messe, chacun a reçu des grâces et accueilli l’appel à témoigner du Christ. Nous pouvons vivre cet appel en communion avec le Christ dans la force de l’Esprit. Chacun de nous témoignera de manière différente et spécifique en fonction de son état de vie, lieu de vie, de ses engagements. Pourtant, ce sont les mêmes vertus qui sont au cœur de ce témoignage : la foi, l’espérance et la charité (vertus théologales qui qualifient la relation de l’homme à Dieu). Elles nous poussent à annoncer la Bonne Nouvelle, à garder comme horizon la vie éternelle et surtout à agir par amour. Si nous prenons au sérieux l’amour du Christ pour nous, nous acceptons que sa grâce nous transforme et nous rende meilleurs, nous croyons qu’elle nous aide à progresser dans ces vertus.

Illustration d’Elvine / Famille Chrétienne

Si la charité est la vertu principale (« Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité » 1 Co 13, 13 ), elle nous confère une responsabilité particulière envers les pauvres. Devant Dieu, nous sommes tous pauvres et avons besoin de la nourriture qu’est le Christ. C’est donc l’engagement au service des pauvres qui révèle la vérité de l’enracinement dans le Christ.

La messe est un mystère aux multiples dimensions et facettes toutes bienfaisantes pour vivre et agir en disciple du Christ et avancer sur le chemin du Royaume éternel. La participation à la messe est nécessaire et vitale pour les catholiques : la célébration de l’eucharistie nourrit notre capacité à nous engager ; la dimension personnelle de la foi se nourrit dans la communauté et la communauté se construit de l’engagement personnel de chacun ; la perspective de la vie éternelle donne son sens à la vie temporelle. Il est donc important de ne pas dissocier ce qui est fait pour être uni, Dieu et nous, Dieu pour que nous servions sa gloire et nos frères à qui nous sommes envoyés.

Quelques citations du MOOC pour aller plus loin :

Et puisque le monde est « le champ » (Mt 13, 38) dans lequel Dieu met ses enfants comme du bon grain, les chrétiens laïcs, en vertu de leur Baptême et de leur Confirmation, et fortifiés par l’Eucharistie, sont appelés à vivre la nouveauté radicale apportée par le Christ précisément au cœur des conditions communes de l’existence. Ils doivent nourrir le désir que l’Eucharistie marque toujours plus profondément leur vie quotidienne, les amenant à être des témoins identifiables dans leur milieu de travail et dans la société tout entière. J’adresse un encouragement particulier aux familles, pour qu’elles puisent inspiration et force dans ce Sacrement. L’amour entre l’homme et la femme, l’accueil de la vie, la tâche éducative, se révèlent être des lieux privilégiés où l’Eucharistie peut manifester sa capacité de transformer et de porter l’existence à sa plénitude de sens.

Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, n° 79

Nous savons bien que si la Messe finit, l’engagement du témoignage chrétien commence. Les chrétiens ne vont pas à la Messe pour accomplir un devoir hebdomadaire et puis ils oublient, non. Les chrétiens vont à la Messe pour participer à la Passion et à la Résurrection du Seigneur, et pour vivre ensuite davantage en tant que chrétiens: l’engagement du témoignage chrétien commence. Nous sortons de l’église pour « aller en paix », apporter la bénédiction de Dieu dans les activités quotidiennes, dans nos maisons, sur les lieux de travail, parmi les occupations de la cité terrestre, « en glorifiant le Seigneur par notre vie ». Mais si nous sortons de l’église en bavardant et en disant : « Regarde celui-ci, regarde celle-là… », avec la langue bien pendue, la Messe n’est pas entrée dans mon cœur. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas capable de vivre le témoignage chrétien. Chaque fois que je sors de la Messe, je dois sortir meilleur que je ne suis entré, avec plus de vie, avec plus de force, avec plus de volonté d’apporter un témoignage chrétien. À travers l’Eucharistie, le Seigneur Jésus entre en nous, dans notre cœur et dans notre chair, afin que nous puissions « exprimer dans la vie le sacrement reçu dans la foi » (Missel romain, Collecte du lundi de l’octave de Pâques).

Pape François, Catéchèses sur la messe, 4 avril 2018

En même temps, dans l’Eucharistie, Jésus fait de nous des témoins de la compassion de Dieu pour chacun de nos frères et sœurs. Autour du mystère eucharistique naît ainsi le service de la charité vis-à-vis du prochain, qui « consiste précisément dans le fait que j’aime aussi, en Dieu et avec Dieu, la personne que je n’apprécie pas ou que je ne connais même pas. Cela ne peut se réaliser qu’à partir de la rencontre intime avec Dieu, une rencontre qui est devenue communion de volonté pour aller jusqu’à toucher le sentiment. J’apprends alors à regarder cette autre personne non plus seulement avec mes yeux et mes sentiments, mais selon la perspective de Jésus Christ ». De cette façon, dans les personnes que j’approche, je reconnais des frères et des sœurs pour lesquels le Seigneur a donné sa vie en les aimant « jusqu’au bout » (Jn 13, 1). […] La vocation de chacun de nous consiste véritablement à être, avec Jésus, pain rompu pour la vie du monde.

Benoît XVI, exhortation apostolique Sacramentum Caritatis, n° 88

L’Eucharistie est pour nous le sacrement de la prière, la source et le sommet de la vie chrétienne. L’Heure Sainte devant l’Eucharistie doit nous conduire à l’heure sainte avec les pauvres, avec ceux qui n’auront jamais d’accomplissement humain et dont la seule consolation sera Jésus. Notre Eucharistie est incomplète si elle ne nous conduit pas au service et à l’amour des pauvres. Et en recevant la communion des pauvres, nous découvrons notre propre pauvreté.

Sainte mère Teresa

Nous louons le Seigneur maintenant quand nous sommes rassemblés dans l’église ; lorsque chacun s’en va chez soi, il semble cesser de louer Dieu. S’il ne cesse pas de bien vivre, il loue Dieu continuellement. Ta louange ne cesse que lorsque tu te détournes de la justice et de ce qui plaît à Dieu. Car si tu ne te détournes jamais de la vie vertueuse, ta bouche est muette, mais ta vie est une acclamation, et Dieu prête l’oreille au chant de ton cœur.

Saint Augustin, évêque et docteur de l’Église (Ve siècle), sur le Psaume 148, 1-2, CCL 39,2166

Merci à Magali pour ce troisième et dernier volet de la série sur la messe. 
Retrouvez les articles de la série : 
« Pourquoi aller à la messe ? » ici .
« Comment participer à la messe ? » ici.
« Comment participer à la messe ? »Pour les enfants, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *