Fête de la Chandeleur : origine, commentaire de l’Evangile et proposition de célébration à la maison.

La Chandeleur : de la fête des chandelles à la commémoration de la présentation de Jésus au Temple. 

La fête de la Chandeleur a lieu le 2 février, soit 40 jours après Noël. On fait mémoire ce jour-là de la présentation de Jésus au Temple.

Après Noël et l’Épiphanie des Mages, la Chandeleur est une nouvelle Épiphanie (manifestation) de l’Homme-Dieu. Elle célèbre  la solennité de la rencontre du Seigneur et de son Peuple en la personne de deux vieillards Syméon et Anne, lors de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem. 
Pour commémorer cet avènement, le pape Gélase 1er aurait décidé à la fin du 5e siècle de reprendre au profit de l’Eglise le rite païen de la  fête des chandelles (la Chandeleur).  En effet, en février, on fêtait chez les Romains le Dieu de la fécondité Lupercus et chez les Celtes la fin de l’hiver avec des processions aux flambeaux.


Pour la Chandeleur, Gélase 1er faisait distribuer aux pèlerins venant à Rome des crêpes.  La consommation en était déjà courante à cette époque de l’année pour célébrer l’arrivée du printemps, le retour de la lumière …La forme de la crêpe symbolisant le soleil.

En 1997, le pape Jean-Paul II institue  la journée mondiale de la vie consacrée le 2 février. Cette année, on en célèbre la 25e édition. L’occasion de prier pour tous ceux qui donnent leur vie au Christ et à leurs frères. 

La présentation  du fils de Marie et Joseph au Temple, selon la prescription rituelle de l’époque, annonce le don de Jésus par amour de Dieu et des hommes et l’offrande suprême de la Croix. Cette journée a donc une importance particulière pour toute personne consacrée, qui, inspirée par le don bouleversant du Christ, aspire à son tour à donner sa vie et à tout abandonner pour marcher à sa suite.

Le récit de la présentation de Jésus au Temple (Luc 2, 22-39) : commentaire

Marie et Joseph sont pieux et obéissent à la loi de Moïse, ils viennent présenter leur fils au Temple. Aucun membre du sacerdoce n’est mentionné dans l’évangile de Luc. C’est Siméon, un homme extérieur au service du temple, qui vient poussé par l’Esprit. Comme d’autres, il attend la « consolation d’Israël », ce temps promis où Dieu vient sauver son peuple, une Espérance proclamée en Isaïe (40, 55).

Siméon bénéficie d’une grâce unique, il va voir le Messie ;  l’instant où l’histoire va basculer. Le passage s’opère dans une rencontre humaine comme lors de la Visitation : deux personnes poussées par l’Esprit se rejoignent et se communiquent ce qu’elles ont reçu de Dieu.

Siméon, l’ultime veilleur de l’ancienne Alliance, prend dans ses bras le nouveau-né et prononce successivement un cantique (v 29-32) et un oracle (v 34-35). Devant le Maître qui a tenu sa promesse, il reconnaît que sa tâche de veilleur est parvenue à son terme :  Abraham avait reçu la promesse, lui, la voit se réaliser. Plus encore, l’Esprit prophétique donne à Siméon une lumière inédite sur le rôle de l’enfant Jésus, un message que Gabriel n’avait pas révélé à Marie : Jésus sera…

« le serviteur que Dieu a destiné à être la lumière des nations, afin que son salut parvienne jusqu’à l’extrémité de la terre » (Is 49,6). 

Marie et Joseph sont émerveillés. Mais au cantique joyeux succède un oracle menaçant. Le fils de Marie  deviendra une source de division en Israël, une parole prophétique que Jésus  reprendra à son compte dans Luc (12 51,53). Pour la première fois, le drame se profile…. Ce rejet de Jésus, prophétisé, va courir comme un fil rouge tout au long de l’œuvre de saint Luc.

Cependant, le récit de la Présentation s’achève sur une note joyeuse. La vieille prophétesse Anne, âgée de 84 ans (7 x 12, 7 suggérant la perfection et 12 l’universalité) fait écho au cantique de Syméon.  Elle représente parfaitement les croyants de son peuple qui attendent la délivrance.

Célébrer la chandeleur en famille

Le 2 février est cette année un jour de la semaine…Et si nous célébrions le Christ, Lumière des nations, à la maison ?

On peut introduire la célébration par le chant « Gloire à toi, Jésus Soleil », puis lire  l’Evangile de la Présentation. On peut inviter les enfants à se poser la question : « Pourquoi dit-on que Jésus est Lumière ? » 
On allume ensuite quelques bougies puis on reprend le chant et on conclut par un Notre Père. Après ce temps de prière, chacun se dirigera, avec sa bougie, vers la table pour partager les crêpes !

Gloire à Toi, Jésus, Soleil

A écouter ici

Refrain
Gloire à toi, Jésus, soleil de justice !
Brille dans nos coeurs, lumière d´en haut !

1
Quand tu es né à Bethléem,
Tout le ciel s´est illuminé,
Et les bergers ensommeillés
S´éveillèrent à sa clarté.
2
En Orient, trois rois savants,
Observaient un astre éclatant ;
L´ayant suivi, il les conduit,
Vers ta crèche, petit enfant !
3
Lorsque Joseph avec Marie
Offrent au temple le nouveau-né,
Saint Syméon le prend et dit :
« Oui, mes yeux ont vu le Messie ! »
4
Quand tu priais dans le Jourdain
Où saint Jean t´avait baptisé,
Du ciel ouvert, vint une voix :
« Oui, c´est toi mon Fils bien-aimé ! »
5
Sur la montagne où tu montais,
Tu parais, baigné de clarté,
En vêtements resplendissants,
Le visage transfiguré.
6
J´entends ta voix, ô mon berger :
« Si tu m´aimes, viens après moi » ;
« Je suis la lampe et le chemin » ;
« Qui me suit ne tombera pas ».
7
Quittant la nuit de son tombeau,
Mon Seigneur est ressuscité :
« Tu étais mort ; tu es vivant ! »
Roi de gloire, louange à toi !
8
Quand tu t´élèves dans les cieux,
La nuée te cache à nos yeux ;
Mais ton Esprit nous garde heureux :
Joie, lumière, bouquet de feu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *