Aujourd’hui, 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception. Des textes pour méditer et prier.

Aujourd’hui, 8 décembre marque la fête de l’Immaculée Conception. La célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie – située dans les premiers jours de la nouvelle année liturgique et du temps de l’Avent – nous rappelle la destinée unique de cette femme juive, choisie par Dieu.

Pour aller plus loin, nous vous proposons la méditation du jour de Sœur Marie-Emmanuelle Mertz, dominicaine au couvent du Puy en Velay, et une prière du pape François pour l’immaculée Conception. 

Méditation de Sœur marie-Emmanuelle Mertz

Lourdes, 25 mars 1858. Bernadette court en répétant : « Que soy era Immaculada Concepciou. » Elle ne parle que patois, mais elle ne connaît pas ces mots qu’elle répète tout au long du chemin pour ne pas les oublier et pouvoir les transmettre à son curé. L’Immaculée Conception ! Le curé de Lourdes connaît ce dogme proclamé par le pape Pie IX le 8 décembre 1854. 

L’Immaculée Conception, c’est la condition unique de Marie, « comblée-de-grâce ». Par grâce du Seigneur, Marie a été préservée du péché originel, de ce handicap relationnel, ce handicap d’amour avec lequel naissent les humains, un handicap qui fausse dès le début de la vie la relation à Dieu, aux autres, à nous-mêmes, un handicap qui fait percevoir les autres comme des obstacles à notre liberté, à notre bonheur, un handicap qui nous empêche d’être en paix.

Marie a donc été préservée du péché originel, mais attention ! L’Immaculée Conception ne signifie pas que Marie n’a pas eu besoin que le Seigneur vienne la sauver. C’est même parce que le Seigneur est venu réconcilier l’humanité avec Dieu et avec elle-même, en sa chair, que Marie a pu être préservée du péché originel, par anticipation.

Pure grâce du Seigneur qui ne détruit pas pour autant la liberté de Marie : celle qui s’entretient aujourd’hui avec l’ange n’est pas un robot ! Son « oui » au Seigneur jaillit librement. C’est en toute liberté que Marie accorde sa vie à la volonté divine.

Marie est la figure de notre humanité telle que Dieu la rêve : libérée du péché par la puissance de la résurrection du Christ, libre pour accueillir en plénitude la vie que Dieu nous donne, libre pour s’accorder à la volonté de Dieu et répondre « oui » à sa Parole.

La fête d’aujourd’hui, la fête de l’Immaculée Conception, est celle de notre vocation : être libérés du péché, de ce handicap qui nous empêche d’aimer en vérité, d’être en paix avec nous-mêmes, avec les autres, avec Dieu. 

Prière du pape François

Marie, notre Mère,
Aujourd’hui, ton peuple en fête
Te vénère, Immaculée,
Préservée depuis toujours de la contamination du péché.
Accueille l’hommage que je t’offre au nom de l’Eglise qui est à Rome et dans le monde entier.
Savoir que toi, qui es notre Mère, tu es totalement libre du péché, nous apporte un grand réconfort.
Savoir que sur toi le mal n’a aucun pouvoir,
Nous emplit d’espérance et de force
Dans la lutte quotidienne que nous devons soutenir contre les menaces du malin.
Mais, dans cette lutte, nous ne sommes pas seuls, nous ne sommes pas orphelins,
Parce que Jésus, avant de mourir sur la croix,
T’as donnée à nous comme notre Mère.
Bien que pécheurs, nous sommes donc tes enfants, les enfants de l’Immaculée,
Appelés à cette sainteté qui resplendit en Toi,
Par grâce de Dieu depuis le commencement.
Animés de cette espérance,
Nous invoquons aujourd’hui ta protection maternelle pour nous, pour nos familles,
Pour cette ville, pour le monde entier.
Que la puissance de l’amour de Dieu,
Qui t’a préservée du péché originel,
Par ton intercession libère l’humanité de tout esclavage spirituel et matériel,
Et fasse l’emporter, dans les coeurs et dans les événements, le dessein de salut de Dieu.
Fais qu’en nous aussi, tes enfants, la grâce l’emporte sur l’orgueil,
Et que nous puissions devenir miséricordieux
Comme notre Père céleste est miséricordieux.
En ce temps qui nous conduit
A la fête de la Nativité de Jésus,
Enseigne-nous à aller à contre-courant:
A nous dépouiller, à nous abaisser, à nous donner, à écouter, à faire silence,
A nous décentrer de nous-mêmes,
Pour laisser un espace à la beauté de Dieu, source de la vraie joie.
Ô notre Mère immaculée, prie pour nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *