Mercredi : j’approfondis ! Le Christ « issu » des Psaumes (2ème partie)

La relecture postpascale des psaumes nous a montré la figure de Jésus. Il est mort et ressuscité ; c’est le Messie, Fils de David et le Fils de Dieu qui a même rang que le Seigneur. Mais comment justifier sa mort en croix, « scandale pour les juifs, folie pour les païens » (Co 1,23) ?  Une question fondamentale qui trouve là encore quelques réponses dans les psaumes, c’est l’objet de la première partie de cet article.
Dans la deuxième partie, nous verrons comment les évangélistes ont recours aux psaumes pour manifester l’identité divine de Jésus lors d’événements majeurs de sa vie publique.

Les psaumes en appui des récits de Passion

            Les scènes de la Passion vont faire de nombreuses références aux psaumes, essentiellement de supplication ( Ps 22 : 6 fois, Ps 69 : 4 fois, Ps 31 et Ps 41 : 2 fois et enfin Ps 2, Ps 34, Ps 38, Ps 42, Ps 110 : 1 fois) pour montrer que la Passion et la crucifixion de J ésus accomplissent le dessein de Dieu comme annoncé dans l ‘Ancien Testament et chanté dans les psaumes.

Avant la Passion
Complot contre Jésus : Ps 2,2 et Ps 31, 14
Annonce de la trahison de Juda : Ps 41, 10
Haï sans raison : Ps 64, 4
Gethsémani Ps 42, 6 et 7 : mon âme est triste
Jésus devant le Sanhédrin Ps 110, 1 : assis à la droite

Sur la croix jusqu’à la mort
Le fiel : Ps 69, 22 
Partage des habits : Ps 22, 19
Hochements de tête, moqueries : Ps 22, 8
Il a compté pour Dieu : Ps 22, 9
Mon Dieu, pourquoi m’avoir abandonné : Ps 22, 2
J’ai soif : Ps 22, 16 ou 69, 22
Entre tes mains : Ps 31, 6

Sur la croix, après la mort
Familiers à distance : Ps 38, 12
Aucun os brisé : Ps 34, 2

            Montrer dans l’expérience de l’humiliation, de la souffrance, de l’abaissement jusqu’à la mort de Jésus l’accomplissement des psaumes de supplication c’est dire quelque chose de l’identité de Jésus. Il est celui par lequel le dessein de Dieu advient. C’est le juste humilié, l’innocent maltraité injustement dont parle le psalmiste.
Le psaume 22 si souvent cité « Mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné ? » est un psaume de confiance et de louange. Dieu vient sauver le psalmiste qui lui rend grâce. Citer ce psaume, connu de tout juif pieux du 1er siècle, c’est reconnaître que Jésus va être sauvé de la mort et de la corruption de la chair.

            Le psaume royal 110 révélait l’exaltation de Jésus auprès de son père. Les psaumes de supplication cités dans les récits de la Passion nous parlent de l’abaissement de Jésus. L’hymne de la lettre aux Philippiens, un des premiers actes de foi de l’Eglise ancienne reprend ces éléments :

« Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a conféré le Nom qui est au-dessus de tout nom » (Ph 2, 7-9)

Avec les psaumes, la divinité de Jésus soulignée dans les récits de…

 …son baptême et de la transfiguration

Ps 2 :  « Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré »

            Lors du baptême et de la transfiguration de Jésus, la référence aux psaumes est l’élément central de l’évènement. C’est le verset 7 du psaume 2 : « Le Seigneur m’a dit : « Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré »   qui est cité presque textuellement dans ces récits qui rapportent une manifestation divine au baptême (Mt 3,17 ; Mc 1, 11, Lc 3, 22) et à la transfiguration ((Mt 17,5b ; Mc 9,6 ; Lc 9, 35)

Le psaume 2 fait partie des psaumes royaux  qui parlent du rôle spirituel du Roi, de son intronisation par Dieu, de sa messianité, toutes qualités qui seront dévolues à Jésus.

            Ce psaume, Paul le cite aussi à propos de la résurrection : «  Dieu l’a pleinement accomplie à l’égard de nous, leurs enfants, quand il a ressuscité Jésus, comme il est écrit au psaume second : Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » (Ac 13, 33)

            Jésus est proclamé Fils de Dieu lors de son baptême, lors de son exaltation, lors de la Transfiguration et lors de sa résurrection.

…des tentations au désert

            Lors des tentations au désert, le diable tente Jésus dans son identité de Fils de Dieu  « Si tu es le Fils de Dieu… » (Mt 4, 1-11, Mc 1, 12-13, Lc 4, 1-13) et Jésus va lui répondre en citant le Ps 91, 11-12 qui fait référence à l’Israélite pieux qui attend le secours de Dieu : « car il chargera ses anges de te garder en tous tes chemins. Ils te porteront dans leurs bras pour que ton pied ne heurte pas de pierre. »

Dans le récit que fait Saint Mathieu, l’épisode se termine sur la vision des anges qui servent Jésus. Or les anges ne servant que Dieu, l’évangéliste a utilisé cette image pour affirmer la divinité de Jésus.

…sa mission de Prêtre

Avec le psaume 110, on peut comprendre en quoi Jésus est Prêtre.

Ps 110 : « Tu es prêtre pour l’éternité selon l’ordre de Melkisédek ».

Jésus est prêtre, mais il n’a jamais été « un » prêtre. Ce qui est dit dans le psaume 110 est très important. C’est surtout repris dans l’épître aux Hébreux où il est dit que Jésus n’est pas prêtre selon l’ordre d’Aaron, mais quIl est prêtre selon l’ordre de Melkisédek donc en un sens plus originel : « Ce n’est pas le Christ qui s’est attribué à soi-même la gloire de devenir grand prêtre, mais il l’a reçue de celui qui lui a dit : Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré ; comme il dit encore ailleurs : Tu es prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédek. » (He 5, 5-6)

            Dans la lettre aux Hébreux 10,5-9 l’auteur attribue au Christ les versets du Ps 40,6-8  6 « Qu’ils sont grands, Seigneur mon Dieu, les projets et les miracles que tu as faits pour nous! Tu n’as pas d’égal. Je voudrais l’annoncer, le répéter, mais il y en a trop à dire. Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, – tu m’as creusé des oreilles pour entendre – tu n’as demandé ni holocauste ni expiation. Alors j’ai dit :  » Voici, je viens avec le rouleau d’un livre écrit pour moi ». Il insiste sur le fait que Jésus a dû devenir semblable à ses frères « afin de devenir dans leurs rapports avec Dieu un grand prêtre miséricordieux et fidèle, pour expier les péchés du peuple. » (He 2, 17) en référence au Ps 22,23 : « Je vais redire ton nom à mes frères et te louer en pleine assemblée. »  

Jésus, prophète, Fils de Dieu, Messie, Christ-Roi, grand prêtre selon l’ordre de Melchisedek est Seigneur. Voici le cœur de notre foi.
Il est aussi le bon berger du psaume 23, qui nous guidera tout au long de l’Avent en chemin vers le mystère de l’Incarnation par lequel Dieu s’est fait homme.

 Merci à Claire qui clôt ici sa série d’articles sur le Livre des Psaumes…Retrouvez les articles précédents :

Structure et histoire du Livre des Psaumes
Les citations des Psaumes dans le nouveau testament.
Le Christ issu des Psaumes (1ère partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *