Anne-Sophie, une sage-femme engagée

Anne-Sophie et Charles-Antoine ont trois enfants et vivent à Singapour depuis un an après un passage en Chine de 2012 à 2015 et une pause en France. Ils sont ensemble responsables des équipes Notre-Dame. Tandis que Charles-Antoine a repris l’équipe en charge de la communion, Anne-Sophie proposera bientôt « 9 mois pour toi » un parcours spirituel pour les futures mamans qu’elle a déjà animé en France et exporté en Chine. Retour sur cet engagement qui lui tient à cœur.

Quel est le cheminement qui t’a amenée à animer ce parcours en paroisse ?

L’histoire a débuté à Senlis dans ma paroisse. On m’a demandé de participer à un groupe de travail qui étudiait l’intérêt de proposer « 9 mois pour toi ». Je n’ai pas été sollicitée par hasard, je suis sage-femme de formation. On m’a donc pensé légitime pour évaluer ce parcours que j’ai d’abord suivi à titre personnel puis animé. Cet engagement avait vraiment du sens pour moi, d’abord parce qu’ à la suite d’un certain nombre de signes, je sentais que j’avais un rôle à jouer auprès des autres, ensuite parce qu’il était le prolongement de ma vocation de soignante.

Peux-tu nous présenter ce parcours en quelques mots ?

C’est une préparation spirituelle à la naissance, un cœur à cœur avec son bébé qui amène à un cœur à cœur avec Jésus. On chemine en tout petit groupe et au fil des rencontres on prie les unes pour les autres, on partage, on se soutient. On remet sa vie et celle de son enfant à naître entre les mains du Seigneur.

Des joies, des difficultés que tu as traversées dans cet engagement ?

La joie, c’est le témoignage des mères qui disent se sentir en paix et même soutenues pendant leur accouchement par la prière des autres mères…La difficulté, c’est de voir certaines mères lâcher le parcours car ça ne leur convient pas.

En quoi cet engagement a transformé ta pratique professionnelle ?

Je pense que ça m’a aidée à trouver les mots justes dans certaines situations, à être plus attentive, à mettre en confiance, à assumer la dimension spirituelle de la naissance. D’ailleurs sans que je ne dise rien de ma foi, il m’est arrivé de prier en salle d’accouchement avec des mères qui sentaient sans doute ma disponibilité pour les accompagner. Et quand j’ai quitté l’hôpital pour m’installer en libéral, je n’ai eu aucun mal à me dire sage femme chrétienne. Au sein même de mon cabinet, je proposais le parcours en annonçant clairement sa nature, mais bien sur sans jamais l’imposer.

En quoi a t-il fortifié ta foi ?

Je dirais que cet engagement a fait de moi une vraie missionnaire. Je n’ai plus peur de dire que je suis chrétienne, je suis plus forte face aux attaques. Et puis, un tel engagement amène à prier davantage et à faire de belles rencontres.

Une Parole qui te guide dans ton engagement ?

« Mon Dieu, je m’abandonne à toi »…Pour la mère qui attend un enfant, c’est vraiment ce qu’elle vit ! Elle n’a pas de prise dans ce qui peut arriver mais c’est réconfortant pour elle de savoir que ce bébé est le projet de Dieu, voulu par Lui, et qu’Il veille ! Le passage de la tempête apaisée dans les Évangiles est aussi très parlant pour celles qui ont traversé l’expérience de l’accouchement ; ça tangue, ça bouge on est un peu malmené mais on a toujours l’assistance du Ciel. Ça vaut le coup d’emmener le Christ dans la barque !

Que dirais-tu à celui ou celle qui hésite à s’engager ?

Qui ne tente rien, n’a rien ! Il ne se passe rien si on reste les bras croisés. Et comme il y a des besoins, il faut y répondre. On a parfois beaucoup reçu, il faut donner en retour. Mais quand on s’engage, il faut le faire avec un vrai Oui. Alors, ça bouscule parfois notre famille, notre quotidien, mais c’est un devoir !

Découvrez le parcours 9 mois pour Toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *